Cet article est également disponible en: Anglais

Management of replacements

Nom de la fiche technique: Conduite des agnelles de renouvellement

Besoin/enjeu : Conduite des agnelles de renouvellement en viande

Introduction :

En production ovine, une bonne conduite des agnelles de renouvellement est essentielle pour maximiser la rentabilité d’un élevage. Renouveler des animaux représente un coût non négligeable dans les systèmes où l’agnelage s’effectue au printemps. Le coût d’une agnelle qui rejoint le troupeau vers 18 mois d’âge équivaut à 25 % de la valeur de la production de carcasses d’agneaux qu’elle produira sur sa carrière. Produire ses propres agnelles de renouvellement est une alternative permettant de réduire les coûts liés au renouvellement. En les faisant mettre bas à l’âge d’un an, l’objectif sera de réduire les coûts tout en augmentant leur productivité. Élever des agnelles a l’avantage de réduire les coûts liés au renouvellement et d’améliorer la marge nette, mais cette pratique nécessite une conduite adéquate. De plus en plus d’éleveurs choisissent cette pratique plutôt que d’acheter des antenaises ou des brebis gestantes. Il s’agit d’une approche à envisager, car élever des agneaux de 7 à 8 mois pour les faire reproduire à l’âge d’un an environ présente plusieurs avantages :

– réduit les coûts d’entretien en faisant entrer les brebis en production un an plus tôt,

– réduit les intervalles de génération, permettant ainsi une amélioration génétique plus rapide,

– augmente la production sur leur carrière,

– réduit les risques sanitaires liés à l’introduction dans le troupeau d’animaux provenant d’autres élevages.

    La sélection des agnelles pour le renouvellement

    Pour avoir un troupeau productif et rentable, il est essentiel de sélectionner des agnelles de bon nveau génétique. Environ 15-20 % du troupeau doit être renouvelé chaque année pour maintenir une bonne productivité. Produire ses propres agnelles de renouvellement présente plusieurs avantages, permettant de mettre à la reproduction les brebis les plus performantes du troupeau avec un bélier à haute valeur génétique. . Idéalement, les potentielles candidates sont identifiées dès la naissance à l’aide de critères comme : la mise-bas sans assistance, la vigueur, une tétée rapide, une mère qui dispose de beaucoup de lait et un bon comportement maternel. Une identification permanente (bouclage EID, marque ou encoche à l’oreille) est nécessaire. C’est au moment du sevrage que les agnelles en bonne santé, bien conformées et développées pour leur âge sont sélectionnées parmi ces candidates potentielles.

    Enjeux :

    Élever des agnelles de renouvellement est une solution efficace, mais nécessite une bonne conduite d’élevage. Ces agnelles doivent avoir le bon poids avant la mise en lutte. Ce poids au moment de la mise en lutte est important, car il a un effet conséquent sur le taux de gestation, la taille de la portée, le nombre d’agneaux sevrés et leur poids à la saison suivante lorsqu’elles auront 2 ans. À la mise en lutte, les agnelles doivent peser au moins 70 % de leur poids adulte, suivant la race. L’alimentation pendant la gestation est un élément important à prendre en compte, car vous allez non seulement nourrir le fœtus et la brebis, mais vous contribuez aussi à ce que l’agnelle grandisse, se développe et prenne du poids. Afin d’assurer leur croissance, les agnelles doivent recevoir une complémentation avant les brebis adultes. Les éleveurs font face à certains problèmes, comme l’accès à de bonnes infrastructures (point essentiel lorsqu’on élève des agnelles de renouvellement), l’accès à suffisamment de béliers pour la reproduction ainsi que de bonnes installations pour l’agnelage, notamment des parcs dédiés. De plus, comparées aux brebis adultes, les agnelles ont besoin d’un jour supplémentaire en case d’agnelage, ce qui nécessite plus de place. Une conduite attentive et un aliment supplémentaire sont également nécessaires après l’agnelage. Une agnelle double devrait recevoir des concentrés pendant cinq semaines après la mise bas. Les agneaux doivent avoir accès à des mangeoires sélectives, et recevoir 300 grammes par jour pour maintenir leur niveau de croissance. Les agnelles doivent être conduites dans un lot séparé du troupeau adulte. L’élevage d’agnelles nécessite davantage d’intrants, tels que des aliments et des infrastructures, ce qui ne convient pas à tous les systèmes. De plus, la charge de travail liée à la production d’agnelles peut décourager certains éleveurs. Pourtant, cette pratique est à envisager, car elle permet l’augmentation de la production à vie des agnelles et réduit considérablement les charges.

    Une bonne conduite et une bonne alimentation des agnelles permettent d’améliorer la rentabilité des systèmes ovins.

    Pour valoriser des agnelles de manière efficace :

    Les agnelles doivent peser au moins 70 % de leur poids adulte à la mise en lutte

     1 bélier pour 1 agnelle : un ratio de 1:25 ou 1:35 est recommandé

     Les agnelles doivent prendre 250G/jour jusqu’à 6 semaines après la mise en lutte

     Produire un seul agneau garantit une bonne croissance de l’agnelle

    Sujet: pilotage

    Production : Lait / Viande

    Catégorie animale : Agnelles

    Points clés :

    Les agnelles sont moins fertiles au premier agnelage mais produiront plus sur leur carrière que des brebis achetées adultes si elles sont bien conduites

    Faire reproduire des agnelles de renouvellement à 1 an représente une source de revenu supplémentaire

    Faire reproduire des agnelles à 1 an permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par kilogramme de carcasse produite d’environ 9,4 % sur six ans

    Au début et au milieu de la gestation et pendant la lactation, les agnelles ont besoin de 20 % de plus d’aliments que les brebis adultes pour maintenir une croissance corporelle continue. Elles doivent avoir atteint 70 % du poids vif adulte lorsqu’elles sont mises à la reproduction

    Les agnelles n’ont pas besoin d’un supplément spécifique au cours des six dernières semaines de gestation : cela entraine de gros agneaux sans améliorer leur croissance

    Les agnelles sont moins fertiles au premier agnelage mais produiront plus sur leur carrière que des brebis achetées adultes si elles sont bien conduites

    Faire reproduire des agnelles de renouvellement à 1 an représente une source de revenu supplémentaire

    Faire reproduire des agnelles à 1 an permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par kilogramme de carcasse produite d’environ 9,4 % sur six ans

    Au début et au milieu de la gestation et pendant la lactation, les agnelles ont besoin de 20 % de plus d’aliments que les brebis adultes pour maintenir une croissance corporelle continue. Elles doivent avoir atteint 70 % du poids vif adulte lorsqu’elles sont mises à la reproduction

    Les agnelles n’ont pas besoin d’un supplément spécifique au cours des six dernières semaines de gestation : cela entraine de gros agneaux sans améliorer leur croissance

    Conseils pour la conduite des agnelles :

    Les agnelles doivent être conduites séparément des brebis adultes toute l’année

    • Réaliser des constats de gestation pour identifier les agnelles qui n’ont pas pris et la taille de la portée
    • Les agnelles devraient idéalement produire et allaiter un seul agneau
    • Les agneaux doivent être supplémentés et sevrés vers l’âge de 9 à 12 semaines

    Cet article est également disponible en: Anglais