Cet article est également disponible en: Anglais

Faut-il castrer les agneaux mâles ?

Nom de la fiche technique : Faut-il castrer les agneaux mâles ?

Besoin/enjeu : Conduite des agneaux mâles

Introduction :

Traditionnellement dans les systèmes herbagers de production d’agneaux, les mâles sont castrés à la naissance, ce qui souligne des questions liées à la conduite à l’automne et à l’idée reçue que les consommateurs ne sont pas satisfaits lorsqu’ils consomment de la viande d’agneaux non castrés. Aujourd’hui les consommateurs n’aiment pas l’excès de gras sur la viande, notamment celle des agneaux. Pourquoi castrer étant donné qu’il est reconnu que la viande de mâles entiers contient beaucoup moins de gras que celle des castrés, et qu’ils grandissent beaucoup plus vite ? De plus, les mâles ressentent vivement la douleur de la castration, qui peut d’ailleurs entraîner des infections et dans certains cas, une hausse de la mortalité. Enfin, les citoyens sont de plus en plus préoccupés par le bien-être des animaux élevés pour l’alimentation.

    Effets de la castration

    La testostérone des mâles favorise la croissance et le développement des muscles plutôt que le dépôt de gras. La castration bloque l’apport de testostérone provenant des testicules, ralentissant la croissance et entraînant un dépôt de gras. L’élevage de bovins mâles, taureaux et bœufs, a été analysé dans plusieurs études. Elles ont conclu que les bovins élevés entiers produisent des carcasses plus lourdes, mieux conformées et moins grasses que les bœufs conduits de manière similaire et abattus au même âge. Les résultats d’un de ces essais, dans lesquels des bœufs et des taureaux étaient abattus à l’âge de 17 mois, ont montré que comparé aux bœufs, les taureaux avaient des carcasses 43 kg (14 %) plus lourdes et conformées, mais moins grasses. Les taureaux de tous ces essais avaient un meilleur taux de conversion (grammes de carcasse pour 1 kg de matière sèche alimentaire consommée).

    Élever des mâles entiers augmente leur performance

    Deux essais ont été menés à l’institut de recherche d’Athenry, en Irlande, pour évaluer les effets de la castration sur la performance des agneaux.

    Essai 1 Le premier essai disposait de 157 paires de jumeaux mâles. Un jumeau était castré à la naissance tandis que l’autre était gardé entier. Les brebis et leurs agneaux étaient mis à l’herbe et conduits dans un seul troupeau en système pâturant en mi-saison (les effets de la castration sur les performances sont présentés en Tableau 1). Les agneaux entiers ont grandi plus vite et étaient 1,8 kg plus lourds au moment du sevrage. Cette augmentation du poids des agneaux entiers était similaire au résultat attendu lors d’une supplémentation avec 12 kg de concentré par agneau.

    Tableau 1. Effet de la castration sur les performances des agneaux (étude 1)

     

    Catégorie de sexe

     

    Entier

    Castré

    Poids au sevrage (kg)

    31.7

    29.9

    Date de vente

    8 août

    24 août

    Poids carcasse (kg)

    18.1

    18.2

    Rendement à l’abattage (%)

    43

    44

    Note d’état corporel

    2.9

    3.1

    (Hanrahan, 1999)

    En raison de leur croissance plus rapide, en moyenne les mâles entiers étaient abattus 16 jours plus tôt que leurs frères castrés afin d’obtenir le même poids carcasse. La précocité des agneaux entiers était similaire au résultat attendu lors d’une supplémentation avec 17 kg de concentrés. L’amélioration des performances des agneaux mâles entiers s’est produite sans coût ni travail supplémentaire. Au vu de la croissance des mâles entier, le gain financier est d’environ 8 € par mâle (dans les contextes du marché 2022).

    Les carcasses de mâles entiers étaient moins grasses, ce qui facilite le travail des transformateurs (moins de dégraissage) et la satisfaction des consommateurs, qui n’apprécient pas la viande trop grasse. Cet effet pourrait potentiellement augmenter la consommation de viande d’agneau. La conformation des carcasses était similaire entre castrés et non castrés.

    Essai 2. La deuxième étude impliquait 43 paires de jumeaux mâles. Un jumeau était castré à la naissance tandis que l’autre était gardé entier. Les brebis et leurs agneaux étaient conduits dans un même lot jusqu’au sevrage. Après sevrage, ces mâles étaient mis dans un lot composé uniquement d’agneaux et conduits en pâturage sans compléments, puis sélectionnés pour l’abattage avant la fin de la saison de pâturage (les effets de la castration sur les performances des agneaux mâles sont présentés en Tableau 2). Les agneaux mâles entiers ont grandi plus vite jusqu’à l’abattage et étaient plus lourds de 1,3 kg au moment du sevrage. À l’abattage, les mâles entiers présentaient un rendement plus faible (en raison du contenu digestif différent). Les mâles entiers avaient des carcasses moins grasses, ce qui satisfait les transformateurs et les consommateurs.

    Tableau 2. Effet de la castration sur les performances des agneaux (étude 2)

     

     

    Catégorie de sexe

     

     

    Entier

    Castré

    Poids au sevrage (kg)

    30.8

    29.5

    Poids carcasse (kg)

    20.1

    20.1

    Note d’état corporel

    2.7

    3.0

    Rendement à l’abattage (%)

    42.7

    43.8

    (Keady et al. 2015)

    La sélection

    À Athenry, cela fait depuis 10 ans que les mâles issus des lots expérimentaux ne sont pas castrés. Les mâles entiers sont vendus plus tôt que les femelles. En moyenne en 2015 et 2016, respectivement 72 % et 53 % des agneaux mâles et femelles étaient abattus à la mi-septembre.

    Effet sur la qualité de la viande

    En Irlande, il existe une idée reçue chez certains industriels, coopératives, négociants et transformateurs de viande que l’élevage d’agneaux mâles entiers à un impact négatif sur la qualité de la viande. Un essai fut ainsi mené pour examiner en détail les effets de la castration sur la qualité de la viande d’agneau. Vingt agneaux (10 paires de jumeaux, 1 castré et un entier) ont été abattus à l’âge de 6 mois. La viande obtenue a ensuite été cuite et notée sur la texture, tendreté jutosité, goût, appréciation du goût et la présence d’un goût anormal par un panel de 10 évaluateurs. Une note d’appréciation globale a aussi été établie (les résultats de cette étude sont présentés en Tableau 3). Les résultats montrent que laisser les agneaux entiers n’a pas d’effet négatif sur le goût ou l’appréciation globale : leur viande était même plus tendre. En conclusion, il n’y avait pas d’effets négatifs sur la qualité de la viande provenant d’agneaux entiers comparé aux agneaux castrés.

    Tableau 3. Effets de la castration sur la qualité de la viande

    Caractéristiques1

    Catégorie de sexe

     

    Entier

    Castré

    Tendreté

    4.60

    4.09

    Jutosité

    5.16

    5.22

    Goût de l’agneau

    4.45

    4.55

    Goût anormal

    2.06

    2.13

    Appréciation du goût

    5.23

    5.23

    Appréciation globale

    4.99

    4.84

    1Échelle en 8 points : 1 = très mauvais, 8 = très bon (Keady et al. 2015)

    Après une revue complète de la littérature internationale (par le Dr JP Hanrahan), les résultats de cet essai correspondent à ceux établis par la littérature : le fait de garder les mâles entiers, élevés uniquement à l’herbe et abattus à la fin de la saison de pâturage, n’a pas d’impact négatif sur la qualité de la viande, que l’évaluation soit faite en laboratoire ou par les consommateurs. En revanche, si les agneaux ont plus d’un an au moment de l’abattage ; la viande risque d’être moins tendre.

    Conduite des agneaux entiers

    Lorsque les agneaux sont laissés entiers, ils doivent être conduits de manière à pouvoir les sélectionner pour l’abattage avant la fin de la saison de pâturage (mi-décembre pour les agneaux nés en mars). Les entiers doivent être séparés des agnelles début septembre, à l’apparition du comportement sexuel qui pourrait avoir un impact sur leurs performances et engendrer des gestations non désirées.

    Conclusions

    1. Laisser les mâles entiers augmente leurs performances et réduit l’âge à l’abattage.
    2. Sachant que les consommateurs n’apprécient pas la viande trop grasse, les carcasses moins grasses sont meilleures pour l’image des agneaux en boucheries.
    3. La pratique n’a pas d’impact négatif sur la qualité de la viande par rapport à la viande provenant de mâles castrés.
    4. Elle améliore le bien-être et réduit les pertes dues à la douleur et aux infections.
    5. Alors pourquoi castrer ?

      Sujet: pilotage

      Production : Viande

      Catégorie animale :Agneaux

       

      Cet article est également disponible en: Anglais