Cet article est également disponible en: Anglais

L’effet de l’âge à la première mise-bas sur la performance à vie

Nom de la fiche technique : L’effet de l’âge à la première mise-bas sur la performance à vie

Besoin/enjeu : Objectifs de croissance pour une première mise-bas à 1 an

Introduction :

Le taux de renouvellement moyen sur les fermes irlandaises est de 22 %. À l’échelle nationale, le coût moyen de production d’une agnelle de renouvellement au moment de la lutte ~19 mois représente 25 % de la valeur de sa production agneau-carcasse sur sa carrière. Les pratiques de renouvellement ont un effet majeur sur la production efficiente d’agneaux. Si les coûts de production sont plus attribuables à la conduite des brebis qu’à celle de leurs agneaux, les coûts de production de ces derniers peuvent être réduits en augmentant le nombre d’agneaux produits par brebis sur sa carrière. Le nombre d’agneaux élevés par brebis sur sa carrière dépendra de sa prolificité (génotype de la brebis) et du nombre de portées (âge à la première mise-bas)

    L’essai d’Athenry

    Un essai a été conduit pour évaluer les effets du génotype de la brebis (≥75% Suffolk, Belclare×Suffolk, Belclare pure-race) sur la performance des brebis sur leur carrière. Trois génotypes de brebis ont été utilisés : ≥75 % Suffolk, Belclare×Suffolk, Belclare en race pure. La Suffolk a été sélectionnée car elle représente plus de la moitié du troupeau national. La Belclare a été sélectionnée pour sa haute productivité. Des béliers Charolais ont été utilisés pour éviter les confusions entre les races maternelles et terminales et pour maximiser la vigueur hybride des agneaux.

    La moitié des agnelles de chaque génotype ont été mises en lutte pour un premier agnelage à un an, tandis que le reste a été mis en lutte pour un premier agnelage à deux ans. Elles ont été conduites en bergerie à la mi-décembre, tondues et nourries à l’ensilage d’herbe. La quantité de concentrés distribués en fin de gestation dépendait de la taille de la portée attendue et la valeur énergétique de l’ensilage. Les brebis ont ensuite été mises à l’herbe après l’agnelage. Les brebis suivies d’un seul ou deux agneaux n’ont pas reçu de concentrés, tout comme leur progéniture. Les brebis triples ont reçu 0,5 kg de concentrés par jours après la mise-bas et leurs agneaux ont eu accès à 0,3 kg de concentrés par jour jusqu’au sevrage. Les brebis qui mettaient bas à l’âge d’un an (et leurs agneaux) étaient conduites comme les brebis triples. Les concentrés ont été retirés au sevrage.

    Âge à la première mise-bas

    L’effet du génotype de la brebis sur ses performances et celles de ses agneaux lors d’une mise-bas à l’âge d’un an, deux ans et adulte sont décrits en Tableau 2

    Agnelles : Les brebis ayant mis-bas à l’âge d’un an produisaient en moyenne 1 agneau par femelle mise en lutte. Au sevrage, ces derniers pesaient 30,6 kg et avaient un poids carcasse de 20,5 kg lors de l’abattage à 199 jours. Ces agneaux n’ont pas reçu de concentrés après le sevrage.

    L’effet du poids au moment de la lutte sur la probabilité qu’une brebis élève au moins un agneau à 1 an a été utilisé comme indice d’efficacité, car il reflète les différences dues à la mortalité des brebis et des agneaux, à la taille de la portée et à la fertilité des brebis. Le génotype de la brebis a peu d’effet car la probabilité de produire au moins un agneau augmentait avec son poids à la mise en lutte. Pour qu’il y ait 90 % de chances d’élever au moins un agneau, le poids corporel des agnelles à la lutte devrait être de 48,5, 51,2 et 60,0 kg pour les agnelles Belclare, Belclare×Suffolk et ≥75 % Suffolk respectivement. Ainsi, les agnelles Belclare, Belclare×Suffolk et ≥75 % Suffolk devraient être à 63 %, 64 % et 72 % de leur poids mature lorsqu’elles sont saillies à l’âge de 7,5 mois pour avoir 90 % de chances d’élever au moins un agneau.

    Tableau 2 : Effet du génotype de la brebis sur leur performance en tant qu’agnelles, à 2 ans âge de et au stade adulte

    Performance à Âge à la première mise-bas
    1 an 2 ans
    1 an Taille de la portée 1.44
    Agneaux élevés/brebis mise en lutte 1.0
    Poids agneaux au sevrage (kg) 30.6
    Âge agneaux à l’abattage (jours) 199
    2 ans Taille de la portée 1.77 1.78
    Agneaux élevés/brebis mise en lutte 1.41 1.38
    Poids agneaux au sevrage (kg) 30.4 30.0
    Âge agneaux à l’abattage (jours) 202 204
    ≥ 3 ans Taille de la portée 1.98 1.96
    Agneaux élevés/brebis mise en lutte 1.60 1.54
    Poids agneaux au sevrage (kg) 34.0 34.4
    Âge agneaux à l’abattage (jours) 170 172
    Nombre de mise-bas 4.1 3.2
    Nombre d’agneaux produits sur la carrière 6.7 5.3

    Il existe aussi une corrélation positive entre le poids de la brebis à la mise-bas, celui de ses agneaux à la naissance, et leur performance jusqu’au sevrage. Pour chaque augmentation de 5 kg du poids des brebis à la mise-bas, le poids de l’agneau à la naissance augmentait de 0,26 kg. Ceci a eu un effet positif sur le GMQ jusqu’au sevrage, et donc sur le poids au sevrage.

    Mise-bas à 2 ans : L’une des raisons incitant à ne pas faire mettre bas les agnelles de renouvellement à 1 an serait l’impact négatif que cela aurait sur le poids corporel des brebis lorsqu’elles agnellent à 2 ans. Dans cette étude, les brebis qui ont mis bas à un an étaient seulement 2 kg plus légères que celles qui n’avaient pas été mises en lutte. Cet écart non significatif est probablement lié au fait que les brebis ayant mis bas à un an recevaient des concentrés en milieu et en fin de gestation, afin de remplir les besoins de gestation et de croissance. La mise-bas des agnelles n’a pas eu d’impact négatif sur leur performance lors d’une seconde mise-bas à 2 ans, ni sur les performances de leurs agneaux de la naissance à l’abattage.

    Augmenter le poids des agnelles de renouvellement à 7 mois avait même un effet positif sur les chances de produire au moins 1 agneaux à l’âge de 2 ans. Une augmentation de 15 % du poids des agnelles de renouvellement à 7 mois a augmenté les chances d’élever un agneau de 5-8 % en fonction du génotype de la brebis.

    Brebis adultes : Lors d’une mise-bas à 3 ans ou plus, l’âge des brebis lors de la première mise-bas n’a pas eu d’impact leurs performances ni sur celles de leur progéniture. Le poids moyen au sevrage était de 34,2 kg et les agneaux avait 171 jours au moment de l’abattage, pour un poids carcasse de 21,4 kg. À l’exception des triplés, les agneaux n’ont pas reçu de compléments pendant la période allant de la naissance à l’abattage. Ces niveaux de croissances élevés sont atteignables dans la plupart des élevages d’agneaux d’herbe irlandais de plaine.

    La performance sur la carrière : Une première mise-bas des brebis à 1 an augmente le nombre de mise-bas sur leur carrière d’une unité. L’âge lors de la première mise-bas n’a donc pas d’impact négatif sur la longévité des brebis (figure 1). Toutefois, la mise-bas des agnelles a augmenté de nombre d’agneaux produits de 1,3, ce qui représente 25 % de la productivité sur la carrière des femelles de renouvellement mises en lutte pour la première fois à l’âge de 2 ans.

    Figure 1 : Effet de l’âge lors de la première mise en lutte sur l’âge lors de la sortie du troupeau (réformée ou morte)

    Poids à 7 mois d’âge

    Le poids vif des agnelles à 7 mois a un impact sur les performances des brebis le long de leur carrière, indépendamment de l’âge au moment de la première mise en lutte. Une augmentation de 15 % (~ 7,5 kg) du poids corporel des renouvellement à 7 mois augmente :

    • La probabilité d’élever un agneau de 10 à 23 % à l’âge d’un an, selon le génotype
    • La probabilité d’élever un agneau de 5 à 8 % à l’âge de deux ans, selon le génotype
    • Le nombre d’agneaux élevés sur une vie de 0,4
    • Le poids des agneaux au sevrage de 18 kg

    Conclusions

    • Mettre en lutte des agnelles de renouvellement à l’âge d’un an n’a pas d’effet sur
      • La performance des brebis à 2 ans d’âge
      • Leur longévité
    • Le poids à 7 mois impacte les performances sur une vie, quel que soit l’âge de la première mise en lutte
    • Une première mise-bas à l’âge d’un an augmente de 26 % le nombre d’agneaux élevés sur la carrière

      Sujet: Alimentation

      Production : Viande

      Catégorie animale :brebis et renouvellements

       

       

      Cet article est également disponible en: Anglais