Cet article est également disponible en: Anglais

La finition des agneaux

Nom de la fiche technique : La finition des agneaux à l’herbe, aux fourrages conservés ou aux concentrés

Besoin/enjeu : Formuler des rations en fonction de la qualité et la disponibilité des fourrages

Introduction

Dans les systèmes de production d’agneaux d’herbe irlandais, environ 50 % des agneaux nés au printemps sont abattus entre octobre et mars. Ces agneaux sont nombreux à être vendus pour être engraissés l’automne à l’herbe, aux fourrages humides et/ou aux concentrés. Les 3 facteurs déterminants de la rentabilité des systèmes de production d’agneaux finis sont le prix d’achat, l’augmentation du prix carcasse (c/kg) et la rentabilité du gain carcasse lors de la finition.

Performance à l’herbe

Lors d’un engraissement à l’herbe, l’objectif principal est d’avoir une herbe hautement digestible et accessible pendant toute la phase de finition. Plusieurs essais ont notamment été menés à Athenry pour évaluer la performance des agneaux à l’herbe à partir de début octobre jusqu’à mi-novembre (résultats résumés en Tableau 1). Il est possible d’avoir des bons GMQ à l’herbe jusqu’à fin automne, à condition que les agneaux aient accès à des bonnes pâtures et qu’ils ne soient pas amenés à pâturer une herbe en quantité insuffisante. Il a ainsi été démontré que le GMQ des agneaux augmentait en fonction de la hauteur de l’herbe en sortie de parcelle.

Tableau 1. Performance des agneaux lors d’un pâturage à l’automne

 

Hauteur sortie (cm)

 

4,2

5,2

6,1

Gain moyen quotidien (g/jour)

68

121

147

(Greenan 1987, 1988, 1999)

 

La valorisation des concentrés au pâturage dépend de la quantité apportée et de l’herbe disponible (voir Tableau 2). Cet apport a été mieux valorisé lors de la première supplémentation, mais diminue à mesure que la quantité augmente. Augmenter la quantité de concentrés apportés de 0 à 0,25 kg/jour et de 0,25 à 0,5/jour a permis des gains de 0,18 et 0,11 kg par carcasse par kg de concentré. Ainsi, pour chaque kilo de gain carcasse, 5,5 kg et 9,1 kg de concentrés ont été nécessaires lors de l’augmentation de l’apport journalier en concentrés (respectivement de 0 à 0,25 kg/jour et de 0,25 à 0,5).

Tableau 2. Effet de la supplémentation sur la performance des agneaux au pâturage d’automne

 

Quantité de concentré (kg/jour)

 

0

0,25

0,50

Poids à l’abattage (kg)

41,6

44,8

46,6

Poids carcasse (kg)

17,1

19,1

20,3

Gain moyen quotidien (g/jour)

114

186

227

(Greenan 1999)

La finition en bergerie

De nombreux agneaux destinés à être abattus entre janvier et mars sont finis en bergerie, sur des rations à base de concentrés distribués à volonté ou à base d’ensilage. Deux essais ont été menées à Athenry sur différents types de fourrages pour mesurer l’impact de leur valeur énergétique, et de leur quantité, sur la performance des agneaux en phase de finition. Pour cela, 550 agneaux de plaine croisés Suffolk, achetés dans des marchés locaux, ont été utilisés.

 Deux ensilages d’herbe et un de maïs ont été produits pour chacun de ces études. Ces fourrages avaient différentes valeurs énergétiques. L’ensilage d’herbe à haute et moyenne énergie avait une digestibilité moyenne de MS (DMD) de 710 et 750 g/kg MS respectivement. Les concentrations moyennes de MS et d’amidon dans le maïs étaient respectivement de 270 g/kg et 250 g/kg MS. Le concentré était formulé de manière à contenir 160 g/kg de protéines brutes.

 Un des traitements étudiés était la distribution de concentré à volonté. La quantité de concentré distribuée a été progressivement augmentée, pour une distribution à volonté 10 jours après la rentrée en bergerie. Les agneaux disposant de concentré à volonté ont reçu une source de fibres en plus : 0,5 kg brut d’ensilage à haute valeur énergétique. Pendant la durée de l’essai, les agneaux ont consommé en moyenne 1,5 kg de concentré par jour. 

Les effets de la valeur énergétique du fourrage et du niveau d’alimentation en concentré sur la croissance journalière des agneaux sont présentés en Tableau 3. Augmenter la quantité de concentré distribué a permis d’augmenter le GMQ, indépendamment de la valeur du fourrage. En l’occurrence, c’est l’ensilage d’herbe « moyenne énergie » qui présentait le plus d’intérêt lors de l’augmentation des quantités de concentrés. Augmenter la valeur énergétique de l’ensilage d’herbe a eu le même effet qu’augmenter la quantité de concentré de 0,35 kg par agneau/jour.

Le type de ration a eu un effet important sur le rendement à l’abattage. L’impact de la valeur énergétique des fourrages et la quantité de concentré apportés sur le rendement à l’abattage sont présentés en Tableau 4. Pour les rations à base d’ensilage « moyenne énergie », le rendement variait de 42,5 %   pour une supplémentation de 0,3 kg de concentré par jour à 49,1 % pour le concentré à volonté. Le poids vif à l’abattage est directement lié à la ration distribuée pendant la phase de finition, ainsi que par le poids de carcasse souhaité. Par exemple, si l’objectif est d’atteindre un poids carcasse de 22 kg, les agneaux recevant un concentré à volonté et ceux recevant un ensilage d’herbe « moyenne énergie » supplémenté de 0,3 kg de concentré par jour devraient respectivement être sélectionnés à 44,8 et 51,8 kg. La différence de poids à la sélection est due à des variations de contenu digestif.

 Tableau 3. Effet du type de fourrage, sa valeur et la quantité de concentré sur le GMQ des agneaux (g/jour)

 

Quantité de concentré (kg/jour)

 

0,30

0,65

1,0

À volonté

Ensilage « moyenne énergie »

50

147

182

 

Ensilage « haute énergie »

132

182

204

248

Maïs ensilage

124

156

183

 

(Keady et Hanrahan 2013,2015)

Tableau 4. Effet du type de fourrage, sa valeur et la quantité de concentré sur le rendement à l’abattage (%)

 

Quantité de concentré (kg/jour)

 

0,30

0,65

1,0

À volonté

Ensilage « basse énergie »

42,5

45,7

46,1

 

Ensilage « haute énergie »

44,4

45,9

47,6

49,1

Maïs ensilage

44,2

46,3

47,2

 

(Keady et Hanrahan 2013,2015)

Conclusion

  1. Il est possible d’obtenir de bonnes performances de croissances lors d’un pâturage à l’automne.
  2. L’effet du concentré distribué au pâturage diminue à mesure que sa quantité augmente.
  3. Pour les agneaux finis en bergerie, le concentré distribué à volonté a permis d’obtenir la plus grande marge sur coût alimentaire par jour.
  4. Pour les agneaux recevant des concentrés à volonté, le taux de conversion était de 10,7 kg de concentré pour 1 kg de gain carcasse.
  5. Augmenter la digestibilité de la matière sèche de 4 unités a permis d’économiser 0,35 kg de concentré par jour.
  6. L’ensilage « moyenne énergie » (70 % de matière sèche) ne doit pas être le composant principal dans la ration de finition des agneaux.
  7. Le poids vif à l’abattage doit être adapté au type de ration ainsi qu’aux objectifs de poids carcasse.

    Sujet: alimentation/conduite

    Production : Viande

    Catégorie animale : Agneaux

     Pays : Irlande

    Cet article est également disponible en: Anglais